Essai du pneu Continental Gatorskin

essai pneu gatorskin

En début de saison 2015, je me suis retrouvé à changer trois fois de pneu la même semaine. Quoiqu’explicable par le fait que les residus de l’hiver n’avaient pas encore été balayés cette semaine là, mes anciens pneus attiraient des ennuis comme des aimants, peu importe la saison.

Étant donné que je me fie à mon vélo pour me rendre et revenir du travail (environ 21 km chaque direction); je me suis permis d’investir sur des pneus. C’est alors que j’ai installé des Continental Gatorskin.

Les Gatorskin se veulent avant tout des pneus de cyclotourisme, spécialement conçus pour protéger contre les crevaisons tout en ayant une longue durée de vie.

La bande de roulement du pneu est fabriquée en caoutchouc naturel, qui est peu friable ce qui se traduit par une longue vie utile, tout en offrant une excellente adhérence. Le centre du pneu est lisse et les côtés ont des motifs et des reliefs. Le côté lisse réduit la friction tout en assurant une bonne adhérence sur des chemins cahoteux ou sinueux.

À l’intérieur du pneu, on retrouve une ceinture de kevlar. C’est le même matériel à partir duquel on fabrique les vestes pare-balles. Que ça soit de la vitre, des épines ou des roches pointues, ce matériel contribue grandement à réduire le risque de ponction.

De plus, le pneu est muni d’une enveloppe tressée qui procure une excellente protection latérale aux crevaisons.

conti_gatorskin_11_m

Malgré ces technologies, comme vous verrez dans la photo ci-dessous, un objet a tout de même réussi a percer la paroi latérale de mon pneu. Cependant l’enveloppe tricotée du pneu qui compte 170 filets par pouce, a permis de protéger le tube du pneu qui n’a pas été percé et qui est resté à l’intérieur. J’ai donc pu me rendre à ma destination, et j’ai même tâté ma chance en roulant un autre 10 jours avec le pneu dans cette condition avant que le tube à l’intérieur cède. Impressionnant.

Continental GatorSkin - crevaison

Ce pneu est disponible en version pliable ou en version rigide. La version pliable se détaille à environ $60, tandis que la version rigide est environ 5$ moins dispendieuse.

Je me compte chanceux et je trouve ça formidable qu’un seul incident me soit arrivé sur plus de 3,000km. J’ai roulé sur de l’asphalte, de la poussière de roche, du verre, des branches, des feuilles détrempées et autres inclémences de la route sans devoir trop me soucier. 

Dans le passé, j’expérimentais au moins un changement de tube par mois. 

Pour cette raison, je crois avoir trouvé le pneu idéal pour tous ceux, qui comme moi, se rendent au travail ou qui font des longues distances avec leur bécane.
essai pneu gatorskin

Advertisements

4 réponses à “Essai du pneu Continental Gatorskin

  1. J’ai installé ce pneu en début de saison l’an dernier et j’en suis venu aux mêmes conclusions que toi. J’ai fini par le changer à l’arrière quand j’ai commencé à apercevoir la gaine de kevlar. J’ai aussi eu une brèche sur le côté du pneu. Je lui si mis une patch à l’intérieur et j’ai roulé une 1200km dessus… 🙂

    J’aime

    • Tu as simplement patché l’intérieur, et continué à rouler dessus? Hahaha
      C’est bien de voir deux expériences où la paroi latérale a été suffisamment rigide pour que le pneu garde sa forme même avec une brèche.

      Reccommandations sur un prochain pneu à essayer?

      J’aime

  2. Le continental grand prix 4 saisons est supposement encore mieux que le gatorskin. Une saison sur mon « commuter » sans problème.

    J’aime

  3. Ping : Le Derailleur·

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s